ATDD- Audition de Jean-François Guégan


Mercredi 20 mai 2020, la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable a entendu Jean-François Guégan, professeur à l'École des hautes études en santé publique, membre du Conseil national français sur les changements globaux, sur le thème « crise environnementale et pandémies ».

Si les origines du coronavirus sont encore discutées, la transmission de l’animal à l’humain fait peu de doute. VIH, Zika, Ebola, Chikungunya, grippe aviaire : 75 % des maladies infectieuses émergentes aujourd’hui sont des zoonoses, c'est-à-dire des virus ou des bactéries transmis des animaux à l’homme. Cette tendance risque de s’accélérer si nous n’agissons pas fortement pour lutter contre le changement climatique et la déforestation, qui détruisent les habitats des animaux et les rapprochent des populations. Il faut aussi mieux anticiper de futures épidémies, car elles devraient se multiplier dans les prochaines années.

À cette fin, j’ai pu interroger le Professeur Guégan sur la perte d’une culture de la prévention des risques épidémiologiques en France. Les conséquences sont importantes : une baisse des connaissances mais aussi une baisse des crédits budgétaires dans la recherche et l’enseignement. Jean-François Guégan a fait des constats similaires. Pour que la France retrouve cette culture de la prévention, certaines facultés de médecine doivent se spécialiser sur le sujet. Par ailleurs, des médecins partis sur le terrain pour lutter contre des épidémies doivent enseigner dans ces facultés, afin de mettre en évidence les symptômes et donc faciliter les diagnostics des médecins de demain.

Vous pouvez retrouver mon intervention en cliquant ici.

Pour aller plus loin, vous pouvez retrouver l’entretien de Jean-François Guégan au journal Le Monde en cliquant ici.