Audition de Valérie Pécresse, Présidente du syndicat de transports Ile-de-France Mobilités.


Le mercredi 6 mai, la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat a auditionné Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France et de son syndicat de transports Ile-de-France Mobilités.



La Région a signé une convention avec l’Etat, les entreprises et les syndicats pour privilégier le télétravail. Elle prévoit également d’étaler l’arrivée et le départ du travail et une attestation employeur, qui dit à quelle heure le salarié entre et sort de l’entreprise. Les transports seront ainsi quasiment réservés aux travailleurs aux heures de pointe. Après avoir souligné qu’il relevait du bon sens d’étaler les heures de pointe, j’ai interrogé Valérie Pécresse sur la compatibilité entre l’augmentation du nombre de voyageurs et le nettoyage essentiel des rames. La Présidente de la Région m’a précisé que l’offre de la RATP reviendrait à 100% (contre 75% au 11 mai) d’ici début juin, et que cette offre restera bien évidemment compatible avec la désinfection et le nettoyage de tous les moyens de transports et des stations au moins deux fois par jour. Je l’ai également interrogée sur la question des masques. Le port du masque devient en effet obligatoire pour accéder aux transports franciliens. Valérie Pécresse et la Région ont permis la distribution de milliers de masques aux professionnels de santé pendant le confinement. Durant les premiers jours du déconfinement, la Région continuera à fournir, avec l’aide des maires, des masques à usage unique en gares. Des distributeurs seront également mis en place dans les stations. Les usagers disposant d’un Pass Navigo annuel auront droit à un masque en tissu réutilisable. L’Etat doit fournir les moyens de contrôler les accès aux gares afin d’éviter tout trouble à l’ordre public. Mais la Région mise également sur le vélo à la sortie du confinement. Un plan de centaines de kilomètres de pistes cyclables supplémentaires a été annoncé. La région va financer à 60% le RER vélo, un programme qui double tous les grands axes du RER en pistes cyclables, et la prime d’achat de 500 euros pour un vélo électrique va perdurer. Alors que le secteur des transports est l’un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre, la crise doit constituer une opportunité pour accélérer sa décarbonation.

À nous de rester prudents et de privilégier le télétravail lorsque cela est possible. Vous pouvez revoir l’audition en cliquant ici. Plus d’informations :

https://www.senat.fr/presse/cp20200507.html