Droite et Ecologie : nous sommes acteurs !


Une légende urbaine, souvent contée par Europe Ecologie les Verts et la gauche, voudrait que droite et écologie soient incompatibles. Pourtant, les gouvernements de droite et du centre ont été acteurs et précurseurs sur les questions environnementales. Le saviez-vous ?

En 1964, le gouvernement de Georges Pompidou crée l'Office national des forêts, qui vise à protéger les forêts et leur biodiversité, les dunes littorales et les terrains érodables en montagne. Il a en outre institué une police spéciale pour les forêts. La même année, une loi donne naissance aux Agences de l’eau, qui sont chargées de la lutte contre le gaspillage de l’eau et sa pollution.

En janvier 1971, le premier ministère de l'Environnement est créé sous la présidence de Georges Pompidou. Robert Poujade est nommé ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé de la Protection de la nature et de l’Environnement. Il travaillera activement sur la pollution sonore, la qualité de l’air ou pour mettre en place des normes de lutte contre les nuisances industrielles.

En 1975, le gouvernement de Jacques Chirac est à l’origine du Conservatoire du Littoral, qui n’a, encore aujourd’hui, aucun équivalent dans d'autres pays. Ce Conservatoire protège les espaces naturels et les paysages de l’artificialisation et de la bétonnisation sur les rivages maritimes et lacustres français.

Cet engagement de Jacques Chirac en faveur de l’environnement s’est poursuivi lorsqu’il est devenu Président. Il a alerté la communauté internationale lors de son fameux discours de Johannesburg en 2002. Il est aussi à l’initiative de la Charte de l’environnement, qui inscrit la protection de l’environnement dans le bloc de constitutionnalité. Cette charte définit notamment le principe de précaution et introduit un principe de pollueur-payeur, c’est-à-dire de réparation des dommages causés à l'environnement.

Durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, le Grenelle de l’environnement réunit l’ensemble des acteurs économiques sur les questions environnementales, sous la houlette de Jean-Louis Borloo. Il aboutit à deux lois, dont les objectifs sont de lutter contre le changement climatique et de préserver la biodiversité et les ressources naturelles.

Enfin, en 2016, la majorité sénatoriale de droite et du centre a introduit le préjudice écologique dans le code civil, à l’initiative notamment de notre président de groupe Bruno Retailleau. Cette démarche, réfléchie depuis la catastrophe de la marée noire d’Erika en 1999, prévoit que toute personne qui cause un dommage grave et durable à l'environnement est tenue de le réparer.

Ainsi, l’écologie concrète, celle qui fait avancer concrètement la France dans la protection de l’environnement, est le fait de majorités de droite et centre. Nous n’avons pas à rougir de ce bilan ; notre famille politique est plus que légitime à s’exprimer sur les questions d’écologie. À elle de le faire !

Contact

Palais du Luxembourg,

15 rue de Vaugirard

75006 Paris

  • Facebook
  • Twitter